Question Psy > Troubles bipolaires : causes, symptômes et traitements

Troubles bipolaires : causes, symptômes et traitements

Conseils médicaux validés par l’équipe médicale Qare Psy.

Les troubles bipolaires étaient appelés psychose maniaco-dépressive, il y a quelques années mais le terme “psychose” était mal adapté et trop stigmatisant. Les troubles bipolaires se caractérisent par des phases dépressives suivies de phases d’excitation, démesurées en intensité et dans le temps.

Tout le monde connaît des changements d’humeur, sans qu’il y ait d’inquiétude médicale à avoir.

Mais les troubles de l’humeur sont considérés comme une maladie à partir du moment où cela pose problème dans la vie quotidienne, familiale ou professionnelle.

Cependant, les troubles bipolaires sont aujourd’hui très bien pris en charge, permettant à la personne et son entourage de profiter d’une vie sereine.

Troubles bipolaires : définition 

Troubles bipolaires de type 1 et de type 2 

Les troubles bipolaires se caractérisent par des modifications profondes de l’humeur et donc du comportement.

Les phases d’euphorie alternent avec des phases de dépression relativement profonde. 

Le trouble bipolaire de type 1 est une alternance de phases maniaques et dépressives entrecoupées d’intervalles libres. C’est la forme classique. 

Le trouble bipolaire de type 2 est une alternance de phases dépressives, avec parfois des épisodes faibles maniaques ( appelés alors hypomanie). 

Qu’est-ce qu’une phase maniaque ? 

Une phase maniaque est en réalité une phase d’euphorie et d’excitation. 

Vous vous sentez invincible, irrésistible, plein d’énergie et d’enthousiasme. Vous fourmillez d’idées et tentez de mener mille projets de front.  

Cette phase est souvent très agréable pour la personne victime de troubles bipolaires.

Il arrive que des patients cessent leur traitement, se sentant alors guéris.

Cependant, cette phase maniaque peut s’accompagner d’une consommation de drogues, de prises de risques inconsidérées, de grosses dépenses d’argent et autres comportements déviants. 

À savoir : l’hypomanie est une forme atténuée de la phase maniaque.

La personne souffrant d’hypomanie est énergique, mais aussi impulsive et se dispute régulièrement avec son entourage.

Mais comme cela ne l’entrave pas trop dans sa vie quotidienne, il est facile de se voiler la face.

L’hypomanie est un trouble bipolaire léger - catégorisé comme névrose. Mais elle est souvent un signe précurseur de la maladie  bipolaire en tant que telle. 

troubles bipolaires maniaque

Qu’est-ce qu’une phase dépressive ? 

La phase dépressive qui suit une phase d’excitation est d’autant plus profonde que la phase maniaque a été intense. 

Vous ressentez alors une profonde tristesse, vous n'avez plus d’énergie, vous vous sentez incompétent et avez des idées suicidaires. 

Qu’est-ce qu’une phase mixte ? 

Il s'agit d'une période où s’alternent brusquement des comportements euphoriques sur un fond de lassitude. 

Ces périodes correspondent chez certaines personnes à la transition entre une phase maniaque et une phase dépressive, notamment celles victimes de troubles bipolaires de type 2. 

Qu’en est-il de la durée et de la fréquence des cycles ? 

La durée des cycles peut être très variable d’une personne à l’autre. On observe principalement des phases de quelques semaines, voire quelques mois.

Mais dans certains cas, une phase d’une semaine peut être suffisante pour que la maladie soit bel et bien installée. 

Un maniaco-dépressif qui n’est pas pris en charge voit ses cycles s’intensifier et leur fréquence augmenter. 

Quels sont les symptômes des troubles bipolaires ? 

Quel est le comportement d'une personne bipolaire ? 

En phase maniaque : 

  • hyperactivité, ne se sent jamais fatigué ; 
  • troubles du sommeil ; 
  • troubles de la concentration ; 
  • peut passer des jours à oublier de manger ; 
  • désinhibition : dit ou fait tout ce qui lui passe par l’esprit ; 
  • prise de risque, sentiment d’invincibilité, menant à des passages à l’acte portant à conséquence (dépenses d’argent, démission, acte illégal, etc.) ; 
  • appétit sexuel accru ; 
  • ne supporte pas la critique ; 
  • crises de colère, symptômes d’agressivité. 

 En phase dépressive : 

  • fatigue constante ; 
  • lassitude ; 
  • idées noires ; 
  • tentatives de suicides ; 
  • aucune motivation ; 
  • indifférence, accablement. 
  • cela peut aller jusqu'à des symptômes de “mélancolie” parfois délirants avec des idées de ruine, de culpabilité intense... 

troubles bipolaires depression

Troubles bipolaires : faites le test 

Vous trouverez des tests plus ou moins fiables sur Internet. Même s’ils sont loin de contribuer à poser un diagnostic, ils peuvent vous aider à vous poser les bonnes questions, en toute intimité.  

Si déjà les symptômes énoncés ci-dessus vous parlent et vous interpellent, il est judicieux de consulter un médecin pour savoir si oui ou non, il y a lieu de s’inquiéter.

Les troubles bipolaires ne se règlent jamais d’eux-mêmes, ni à force de volonté.  

Si en parler avec votre médecin traitant vous met mal à l’aise, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un généraliste ou un spécialiste en téléconsultation.

Ils bénéficient de la même prise en charge Sécurité Sociale que votre médecin de ville. 

Diagnostic du trouble bipolaire 

Les troubles bipolaires sont souvent diagnostiqués tardivement, généralement après la première phase de dépression intense.

En effet, un médecin rencontre généralement son patient durant une phase dépressive et peut penser à une déprime passagère et isolée.  

Pour diagnostiquer le trouble bipolaire, le professionnel approfondit le diagnostic clinique : il demande si le patient présente des périodes où il est particulièrement de bonne humeur, associée à une baisse des besoins en sommeil. 

Les symptômes maniaco-dépressifs peuvent être causés par d’autres sources, qu’il convient d’étudier, pour être sûr de poser le bon diagnostic : 

  • dérèglement de la thyroïde ; 
  • maladie neurologique ; 
  • tumeur au cerveau ; 
  • drogues, amphétamines, abus d’alcool. 

Quelles sont les causes de la maladie bipolaire ? 

Les troubles bipolaires toucheraient au moins 1 % de la population. 

À l’heure actuelle, on estime qu’une prédisposition génétique est en jeu.

Le premier cycle de troubles bipolaires est alors déclenché par un événement extérieur, stressant.  

Mais par la suite, les cycles s'enchaînent sans cause évidente systématique. 

Ainsi, si vous avez un membre de votre famille qui souffre d’une maladie bipolaire vous avez plus de risques de déclencher la maladie. 

La maladie se déclare souvent entre 15 et 35 ans.  

Comment traiter les troubles bipolaires ? 

Un traitement longue durée 

Les traitements médicamenteux actuels visent à soutenir l’équilibre de l’humeur.

Il est à prendre sur plusieurs années, voire à vie. Ainsi, le patient sous traitement peut prendre son quotidien en main, tant sur le plan sentimental, familial que professionnel. 

En plus du traitement médicamenteux, un soutien psychologique est important pour comprendre et accepter la maladie. Cela concerne aussi bien le patient que ses proches. 

Un suivi régulier est mis en place, afin d’adapter le traitement.

Pour cela, le patient doit apprendre à détecter les signes des phases maniaques (baisse du besoin de sommeil, hyperactivité), comme ceux des phases dépressives. Cela aide à limiter les rechutes. 

Il existe des cliniques spécialisées et des centres experts dédiés aux troubles bipolaires.

Ils regroupent des psychiatres spécialistes, des infirmiers et autres thérapeutes spécifiquement formés. 

troubles bipolaires traitement

Que devient un bipolaire sans traitement ? 

Sans traitement ni suivi, la personne souffrant de troubles bipolaires voit ses phases maniaques et dépressives apparaître plus fréquemment et avec plus d’intensité.

Le patient subit de plus en plus ses accès d’humeur.  

Le trouble bipolaire est une vraie maladie invalidante et non pas seulement des sautes d’humeur désagréables pour l’entourage. 

Un traitement et un accompagnement adaptés aident à lisser et gérer les comportements handicapants, permettant à la personne de retrouver la direction de sa vie.  

Quelle vie pour un bipolaire ? 

Un bipolaire qui prend sa maladie en main est une personne stable et qui développe une belle force de caractère.

Le fait d’être amené à se pencher sur le fonctionnement du psyché oblige à ouvrir son esprit.

De nombreux personnes bipolaires se construisent grâce à leur maladie.

Vivre avec une personne bipolaire 

Vivre avec une personne souffrant de troubles bipolaires non diagnostiqués est difficile.

C’est notamment le cas des parents, avant que leur adolescent ne soit diagnostiqué.  

Pour autant, le soutien des proches est fondamental.

Comprendre et accompagner une personne bipolaire demande une remise en question des préjugés.

Par exemple, la volonté et le fait de prendre sur soi n’est physiologiquement pas possible pour un bipolaire.  

Pour réussir à gérer les émotions du maniaco-dépressif et les vôtres (en tant que proche), nous vous conseillons vivement de vous entourer.

Un suivi avec un professionnel de la santé mentale, comme un psychologue ou participer à des discussions avec un groupe de soutien peut grandement vous aider si vous faites partie de la vie d’un bipolaire. 

Journée mondiale des troubles bipolaires 

Le 30 mars est la journée consacrée à la sensibilisation du grand public aux troubles bipolaires. C’est effectivement une maladie dont on parle beaucoup, sans pour autant la connaître vraiment.   

Cette journée est l’occasion de démonter les préjugés qui gravitent autour de la bipolarité. Certaines personnes sortent alors du déni et prennent conscience de leur maladie ou de celle d’un proche. C’est le moment d’entamer une nouvelle vie. 

Foire à questions 

Peut-on devenir bipolaire du jour au lendemain ? 

Non.  

Des sautes d’humeur excessive et brutales arrivent par d’autres causes. Mais les troubles bipolaires sont latents et s’expriment sur la durée. En général, cela commence avec une période d’hypomanie, suivie d’une dépression. 

Est-ce qu'un bipolaire peut tuer ? 

Les menaces et l’agressivité font partie des caractéristiques des périodes maniaques des bipolaires, face à une réaction qui déplaît.

Ce genre de comportement extrême - s’en prendre physiquement à la vie d’un proche - est très rare. Le bipolaire est plus susceptible d’attenter à sa vie - en phase dépressive - qu’à celle des autres. 

Cependant, si vous vous sentez menacé par une personne bipolaire - vous-même ou une personne de votre entourage -, l’hospitalisation psychiatrique est une alternative.

Prenez conseil auprès d’un professionnel de santé mentale, tel un psychiatre ou un psychologue. 

Comment repérer les troubles bipolaires chez l’adolescent ? 

L’adolescence est, par définition, source de débordements et de dérèglement de l’humeur.

Difficile en tant que parent de détecter un trouble bipolaire. Cependant, s’il s’agit d’un enfant qui inquiète par son comportement, il bénéficie peut-être déjà du soutien d’un psychologue.

Le professionnel est alors plus à même de détecter la maladie. Dans le cas contraire, c’est souvent une phase dépressive inquiétante qui pousse les parents à consulter.